mardi 31 janvier 2012

Deux en un.

lundi 30 janvier 2012

J'ai rendez-vous avec vous.

Mardi : à Soissons, à l'auditorium rue Jean de Dormans, où l'on m'a demandé de conclure par une conférence à 15h45 le colloque sur "L'éloge du conflit".

Mercredi : à Laon, à l'IUTA, où je donnerai à 15h00 une conférence intitulée "La mémoire et le temps".

Jeudi : à Saint-Quentin, à la librairie Cognet, où je rencontrerai à partir de 18h00les lecteurs de mon livre "Les Saint-Quentinois sont formidables", pour des lectures d'extraits et un débat autour de l'ouvrage.

Vendredi : rien.

Samedi : à la bibliothèque Guy-de-Maupassant, où j'animerai à 15h00 le traditionnel café philo sur le sujet "Sommes-nous assez courageux pour être libres ?"

dimanche 29 janvier 2012

Au Bon Coin philo.


Deux ou trois fois par an, je suis invité à faire une conférence au café associatif chrétien Au Bon Coin à Soissons. Vendredi soir, le thème retenu était "La communion" (voir plan de la conférence en vignette). J'y retournerai le 11 mai pour disserter sur "Le pèlerinage".

samedi 28 janvier 2012

Retour à Vénizel.






Sabrina, webreporter à la Ligue de l'enseignement de l'Aisne, m'a communiqué quelques photos de la cérémonie de remise des lots de la souscription volontaire, mardi soir à Vénizel (voir billet de mercredi) :

Vignette 1 : pendant les discours.
Vignette 2 : une partie de l'assistance.
Vignette 3 : la remise des lots.
Vignette 4 : avec tous les gagnants.

jeudi 26 janvier 2012

Aimer ou pas un film.



Lundi dernier, au ciné philo, dans le cadre du festival Télérama, nous avons proposé un film à succès, Une séparation, d'Asghar Farhadi, suivi d'un débat animé magistralement par Manuel Caré (en vignette, à la sortie de la séance). Ce film que beaucoup ont aimé (jusqu'à le voir une seconde fois), je n'ai pas aimé. Question de goût, de centres d'intérêt : les couples qui se déchirent, les enfants qui trinquent, le père atteint d'Alzheimer, ce ne sont pas des thèmes qui retiennent mon attention, aussi importants soient-ils. Mais c'est strictement personnel, ça ne remet pas en cause la qualité d'un film salué unanimement par la critique.

Une séparation est une sorte de sitcom dont le succès est précisément dû à ces thèmes qui préoccupent, qui angoissent même un grand nombre de personnes : le film les met à distance puisqu'il les traite dans le contexte de la société iranienne, très différent du nôtre. Le spectateur français se sent concerné, y reconnaît ses problèmes ou ses craintes et en même temps prend du recul, observe plus sereinement des drames quotidiens qui ne sont plus vraiment les siens. Je crois que cet écart amorce une forme de compréhension (d'empathie comme on dit aujourd'hui) sinon de résolution qui sont à l'origine de l'engouement provoqué par Une séparation.

mercredi 25 janvier 2012

Une soirée familiale.






Hier soir, à Vénizel, remise des lots aux gagnants de la tombola de la Ligue de l'enseignement de l'Aisne. Christian repart avec une Twingo grâce à la main heureuse de Lucie qui lui a vendu le billet (vignette 1, toute la famille réunie). Pendant le pot de l'amitié, les conversations vont bon train entre les deux conseillers généraux, Michel Lefèvre et Patrick Day (vignette 2). Gwendoline Vivenot est la sympathique directrice d'école de Lucie (vignette 3). Stéphanie Lebée est le maire de Vénizel, qui nous a réservé un chaleureux accueil (vignette 4, à ma droite ; à ma gauche Nathalie Hanquart, trésorière-adjointe de la Ligue). J'étais presque en famille puisque je connais bien Frank, Florian et Pierre-Marie. Le département a beau être grand, le monde est petit ! Vénizel n'est qu'à l'autre bout de ma rue ... Qui peut m'expliquer ça ?

mardi 24 janvier 2012

L'hôpital en réflexion.



Ce matin, à l'IFSI de Château-Thierry, devant les étudiants de première année (en vignette), j'ai débattu durant trois heures des questions philosophiques qui sont liées à leur métier, en m'efforçant de ramener à chaque fois la réflexion à des situations concrètes.

Ainsi, nous avons échangé sur la place de la personne au sein de l'hôpital, ce qu'il advenait de sa liberté, s'il fallait ou non faire preuve de sentiment à son égard, s'il convenait de réduire le patient à un corps, ce que devenaient la pudeur et la dignité dans la maladie, si l'hôpital reproduisait ou effaçait les inégalités sociales, quel type de langage le personnel soignant devait adopter, etc. Je crois que ça les a changés de leurs cours de médecine et de droit.

lundi 23 janvier 2012

Boulot, bobo, dodo.




Dans ce dernier numéro de Philosophie magazine, je vous recommande tout particulièrement le débat entre François Chérèque et Toni Negri sur le travail. Ce sera un utile prolongement à notre café philo d'il y a quinze jours sur le travail en souffrance.

dimanche 22 janvier 2012

L'impuissance du pouvoir.



Capri c'est fini mais Hirson ça continue (formule idiote mais j'aime bien) : hier soir, cinquième séance du ciné philo au Sonhir, avec le film de Pierre Schoeller "L'exercice de l'Etat". Le débat a mis à jour ce paradoxe : ce film sur le pouvoir porte en réalité sur l'impuissance du pouvoir. J'ai retenu deux phrases du ministre, personnage principal : "4000 contacts et pas un ami", "La politique est une flétrissure permanente". Je ne sais pas si cette oeuvre réaliste est une leçon de civisme ou d'incivisme ... (en vignette, une partie du public à la sortie).

La pensée est un combat.






Parler de Tintin, même dans une conférence philosophique, c'est le succès assuré (vignette 1, hier après-midi, bibliothèque de Saint-Quentin, pendant le débat avec la salle). J'avais requis à mes côtés les figurines de notre héros et de ses amis, Haddock et Tournesol (vignette 2). Un seul regret (mais rien n'est parfait) : les interventions portant sur le prétendu racisme de la BD, qui faisaient trop clichés (un peu comme certaines remarques sur le travail lors de la dernière séance du café philo au même endroit). C'est ainsi : la pensée est un combat ! Quant à moi, j'ai axé mon propos sur les thèmes de la moralité et de l'identité, récurrents tout au long des vingt-deux albums de Hergé (vignette 3, le plan de la conférence). Les prochains rendez-vous sont affichés dans le hall (vignette 4).

samedi 21 janvier 2012

Philo intra-muros.




Mes cafés philo sont généralement publics, ouverts à tous. Mais il y a des exceptions. Ainsi jeudi dernier, le matin, un débat de type café philo au lycée, dans le cadre de l'accompagnement personnalisé, autour de la question : Le travail est-il une perte de temps ? Et en soirée, à l'Epide, le café philo s'est demandé si les animaux étaient nos amis (voir vignettes). Intra-muros sans doute, mais extra quand même !

vendredi 20 janvier 2012

jeudi 19 janvier 2012

LHM-Flash n°94




La grande affaire de la semaine au lycée, c'est la traditionnelle réunion parents-professeurs demain soir.

Parler pour dire quoi ?



Hier après-midi, à l'UTL de Cambrai, atelier-philo sur le langage contemporain. Avec une fois de plus un prolongement de 30 minutes sur le délai prévu, au grand plaisir du public, semble-t-il.

mercredi 18 janvier 2012

Tintin, Milou et moi.




Conférence sur une approche philosophique des aventures de Tintin et Milou, ce samedi 21 janvier à la bibliothèque de Saint-Quentin, à 15h00.

mardi 17 janvier 2012

A guichets fermés.



Hier soir, pour la première fois depuis la création du ciné philo il y a cinq ans, la salle était pleine. Des salles bien remplies, j'en ai vu pas mal. Mais où tous les sièges sont occupés, sans exception, non. Nous passions le film de David Cronenberg, "A dangerous method", suivi d'un débat sur la psychanalyse. Ceci explique sans doute cela : le fond de l'air est psy, les gens aiment, ils viennent.

En vignette, à la droite de l'affiche, Zahra Romenteau, psychologue-psychanalyste, membre de l'association "Petite enfance et psychanalyse", qui était notre invitée.

lundi 16 janvier 2012

Gros lots.

dimanche 15 janvier 2012

Ciné psy.



Demain, à 20h00, au multiplexe de Saint-Quentin, séance exceptionnelle du ciné philo, à la demande de l'association Petite enfance et psychanalyse : projection du dernier film de David Cronenberg "A dangerous method", qui porte sur le conflit entre Freud et son disciple Jung. Dans le débat qui suivra, j'aurai pour invitée Zahra Romenteau, psychologue-psychanalyste.

samedi 14 janvier 2012

La morale Wonderbra.


L'un des derniers sujets de dissertation donné aux élèves (en vignette) était le suivant : Qu'est-ce qui nous empêche d'être sincères ? Voici une petite analyse particulièrement savoureuse d'un exemple d'insincérité, que je vous livre dans sa totalité, en respectant rigoureusement la syntaxe employée par le lycéen (car il s'agit d'un garçon) :

L'homme va tricher sur lui-même pour ne pas décevoir autrui de ses défauts et au contraire faire ressortir ou même s'inventer des qualités. L'exemple de la fille qui ne fait que du 85-B mais avec le wonderbra superbimbo, elle semble faire du 95-C. Grâce à son wonderbra superbimbo, cette fille arrive à attirer le garçon qu'elle veut, qui lui ne croyait n'aimer que les grosses poitrines. Après "période de galipettes", ils construisent une vie commune plutôt harmonieuse et heureuse avec enfants et petits enfants. L'amour de la sincérité ici n'aurait sans doute pas justifié que ces deux-là se rencontrent et aient une vie assez bonne.

Mon commentaire ? J'ai envie de répondre : et le vôtre ? Vous comprenez combien mon métier est difficile. La réflexion de l'élève n'est pas hautement philosophique, l'exemple serait bien sûr malvenu lors de l'épreuve du baccalauréat, les professeurs n'étant pas nécessairement sensibles à ce genre de charme. Néanmoins, la fin résonne et raisonne comme la morale d'une fable, que l'usage du Wonderbra rend inévitablement très élastique (je n'ai pas vérifié l'authenticité du label "superbimbo"). Remarquez que la pensée de l'élève aurait pu aussi servir au second sujet de dissertation : L'amour est-il la solution à tous nos problèmes ? Avec le soutien du Wonderbra, manifestement oui.

vendredi 13 janvier 2012

Chut !



A Laon, mercredi dernier, atelier philo au sein de l'IUTA sur le thème du secret.

Communion au temple.



Mardi dernier, au temple de l'église réformée de France, à Saint-Quentin, café philo sur le thème de la communion.

jeudi 12 janvier 2012

mercredi 11 janvier 2012

mardi 10 janvier 2012

Débat sur le pouvoir.



J'aurai plaisir à retrouver, pour ce ciné philo, Claude Trévin. J'ai déjà vu le film, très bon, qui amène à un débat sur le pouvoir. Précision (puisque ce n'est pas mentionné sur l'invitation, en vignette) : c'est au Sonhir, à Hirson.

lundi 9 janvier 2012

Vive l'hérésie !



Mercredi dernier, à l'UTL de Cambrai, j'ai abordé la question des hérésies chrétiennes, dans la perspective d'une réhabilitation de la notion : l'hérésie est une doctrine qui a finalement échoué mais qui aurait pu l'emporter. Le christianisme telle que nous le connaissons aujourd'hui aurait pu aboutir à une toute autre ligne idéologique. C'est d'ailleurs l'hérésie, en contribuant au débat théologique, qui a permis de définir certains concepts, en particulier celui de Trinité. Donc vive l'hérésie !

Déjà le bac !



Déjà le bac ... oui mais le bac blanc, cette semaine au lycée Henri-Martin, qui a commencé avec l'épreuve de philosophie ce matin (en vignette, le sujet des Littéraires).

dimanche 8 janvier 2012

Café philo, café photo.




Philippe Henry a été au café philo d'hier notre photographe. Merci pour ses clichés (en vignettes), qui n'ont été que photographiques, son intervention dans le débat en étant dépourvue, comme il est normal pour un professeur de philosophie !

samedi 7 janvier 2012

Mal au travail.





Cet après-midi, premier café philo de l'année dans la bibliothèque Guy-de-Maupassant.

vendredi 6 janvier 2012

Des voeux originaux.





Parmi les nombreuses cartes de voeux que je reçois, la plupart sont d'une grande banalité, je dirais même d'une grande pauvreté. Michèle, une ex-collègue du lycée, a cette année la palme de l'originalité ! (voir vignettes) Je lui laisse bien sûr l'entière responsabilité de ses propos et du libre résumé qu'elle fait de ma vie.

jeudi 5 janvier 2012

Ciné philo 2012.




Le premier ciné philo de la nouvelle année sera une séance exceptionnelle, à la demande de l'association "Psychanalyse et petite enfance", le 16 janvier à 20h00, au cinéma de Saint-Quentin, avec le dernier film de David Cronenberg, "A dangerous method", qui met en scène les relations compliquées entre Sigmund Freud et Carl Jung, son successeur finalement désavoué. A n'en pas douter, le livre polémique de Michel Onfray sur et contre la psychanalyse sera présent dans le débat.

La séance ordinaire du ciné philo aura lieu le 23 janvier, dans le cadre du festival Télérama, dont le principe consiste à reprendre les meilleurs films de l'année. Nous avons choisi "Une séparation", suivi d'un débat animé par Manuel Caré.