samedi 24 décembre 2011

Dédicaces chez Cultura.



Cet après-midi à Cultura, pour une séance de dédicaces des "Saint-Quentinois sont formidables". Le livre marche fort, m'ont dit les responsables, qui ont été obligés d'en recommander cent exemplaires auprès de l'éditeur. Très bien, pourvu que ça dure ...

En observant autour de moi (pour un chapitre du second volume ?), j'ai remarqué pas mal de petites choses intéressantes : les gens qui n'osent pas s'approcher de la table et qui regardent de loin, ceux qui ne veulent pas acheter et font semblant de ne rien voir, les curieux qui posent plein de questions, les hésitants qui feuillettent les pages, reposent l'ouvrage, reviennent, le reprennent, ne savent pas trop quoi faire, les enthousiastes qui achètent plusieurs exemplaires pour les membres de leur famille, les sceptiques qui trouvent que les Saint-Quentinois ne sont pas "si formidables que ça" (oui il y en a !).

C'est fou le nombre de personnes qui parcourent les rayons téléphone à l'oreille, téléguidées par je ne sais qui. C'est fou aussi l'engouement pour le coin "cuisine". La veille de Noël, les gens sont formidables !

PS : "Prof Story" s'autorise quelques jours de vacances. Reprise à la rentrée, le 03 janvier.

vendredi 23 décembre 2011

CA Ligue 02.






Vignette 1 : lors du dernier conseil d'administration de la Ligue de l'enseignement de l'Aisne, le doyen Jacques Bry (au fond) préside les opérations de vote. Sur le devant, Jean-Bernard Philippot, de la compagnie théâtrale "Nomades".

Vignette 2 : j'entre dans ma huitième année de présidence. A mes côtés, la nouvelle trésorière, Colette Clauet-Lenoir. Au fond, Jean-Pierre Fontaine, président de l'UFOLEP.

Vignette 3 : notre secrétaire, Evelyne Capoani (à gauche) et Marie-Françoise Lefevre, secrétaire générale. Debout, Sylvain Largy, notre directeur.

Vignette 4 : le traditionnel buffet d'après-CA, entouré de Jean-Hugues Lenoir et Colette. Derrière, en grande conversation, Nathalie Hanquart et Michel Lefèvre.

Merci à Daniel Cadet pour les photos.

jeudi 22 décembre 2011

mercredi 21 décembre 2011

Devoir facultatif.




Chaque deuxième trimestre, je propose à mes classes un devoir facultatif, dont la note s'ajoute à la moyenne des trois devoirs obligatoires si celle-ci s'en trouve améliorée. C'est donc un travail supplémentaire sans risque, pour ceux qui veulent encore plus s'entraîner à l'épreuve. Les sujets sont en vignette.

mardi 20 décembre 2011

L'école en question.




Hier matin, à Guise, atelier philo au centre social, autour de la question : faut-il supprimer l'école ? Réponse : non. Mais supprimer certaines choses à l'école, oui !

lundi 19 décembre 2011

Madame Grindel.

Madame Grindel est morte. Elle n'avait pas la notoriété de Cesaria Evora, Vaclav Havel, Kim Jong-Il, disparus eux aussi ces jours-ci. Mais elle est désormais leur égale. Madame Grindel fréquentait assidûment le café philo de Bernot. Elle entrait gentiment en conflit, c'était une sorte de tradition, avec Monsieur Bocquillon, qui lui aussi nous a quittés récemment.

Madame Grindel m'avait offert, un jour, une magnifique corbeille de légumes. Elle m'avait promis de recommencer. Ça ne se fera donc pas. Si un autre monde existe, j'imagine facilement Madame Grindel en dispute avec Monsieur Bocquillon, dans un café philo de l'au-delà. Pour son animation, je ne suis pas pressé, j'attendrai encore un peu.

Les obsèques de Madame Grindel auront lieu mercredi 21 décembre, à 14h30, en l'église Saint-Pierre, à Bernot.

dimanche 18 décembre 2011

Le sens de l'âge.




Ciné philo demain soir, avec un formidable documentaire, "Le sens de l'âge", de Ludovic Virot, consacré à huit octogénaires qui se racontent. Le débat portera sur ceux qu'on appelle bizarrement aujourd'hui les "seniors", la grande vieillesse.

samedi 17 décembre 2011

Une bonne correction.



Je n'aime pas distribuer aux élèves des corrigés de devoir. Je préfère les donner oralement, parce que les explications sont alors plus complètes, parce que surtout les élèves sont obligés à prendre des notes, donc à travailler. Ils ne retiennent bien et ne comprennent bien que ce qu'ils écrivent de leur main. Un corrigé tout prêt invite à s'en tenir à lui, à ne pas voir plus loin. Mais il m'arrive de combiner les deux : le plan du corrigé écrit assorti de mes commentaires oraux. C'est ce que j'ai fait pour ce dernier sujet de dissertation, en vignette.

vendredi 16 décembre 2011

jeudi 15 décembre 2011

Sciences et confitures.



La philosophie qui réfléchit sur la science s'appelle l'épistémologie. Les élèves n'aiment pas trop : ils préfèrent aborder les questions existentielles. Mais les étudiants de l'UTL de Cambrai, mon meilleur public, aiment tout, y compris cette intervention sur "les fausses sciences" (le plan de la conférence en vignette). En partant, une étudiante m'a offert, comme l'an dernier, un pot de confitures à la framboise et une boîte de bêtises de Cambrai. Que du bonheur ! Je rêverais d'être ainsi récompensé, avec un poulet qu'on glisserait dans mes volets ou un vieux véhicule dont personne ne voudrait et qu'on me prêterait, comme vivaient autrefois les curés. Ça ne nourrirait sûrement pas son homme mais il faut savoir ce qu'on veut, philosopher ou pas.

mercredi 14 décembre 2011

L'homme bon.




Lundi soir, café philo à l'EPIDE.

mardi 13 décembre 2011

Un échange intéressant.



Mon billet du 7 décembre, intitulé "L'alpiniste et le galérien", m'a valu hier de nombreux messages. Il portait sur mon intervention au collège de Crécy-sur-Serre, dans le cadre d'une animation sur les préjugés et les discriminations. La prise de parole d'une élève confiant son homosexualité a manifestement ému. Il se trouve qu'un journaliste était présent et a relaté la séance. Je livre son compte rendu à mes lecteurs, en vignette et en lien : http://www.aisnenouvelle.fr/article/crecy-sur-serre/un-echange-interessant

lundi 12 décembre 2011

dimanche 11 décembre 2011

Kultur.



Jeudi matin, c'était la dernière séance de l'accompagnement personnalisé pour le groupe de la période, en présence de notre proviseur-adjoint, Monsieur Vallez. Thème : la culture et son utilité.

samedi 10 décembre 2011

Philosophes et maçons.






Ce soir, à Villeneuve-Saint-Germain, café philo sur la laïcité.

vendredi 9 décembre 2011

Des chaises et des tables.






La vie d'un enseignant se heurte parfois à des problèmes pratiques, très techniques. Ainsi celui des chaises à ranger quand le cours est terminé. Pour une femme de ménage, cette tâche prend un temps non négligeable : 35 à 40 chaises à installer sur les tables afin de passer le balai. Si chaque élève prend soin de s'occuper de sa propre chaise, le travail est réalisé en quelques secondes. C'est donc l'idéal. Mais ce n'est pas la réalité. Pourquoi ?

D'abord les enseignants, moi le premier, oublient de demander à leurs classes, en fin de journée, de mettre les chaises sur les tables. Les élèves, quant à eux, n'ont qu'une idée en tête à ce moment-là : partir. Comment remédier à ce problème ? J'ai trouvé : faire appel aux délégués de classe pour qu'ils préviennent leur professeur. Ils le feront d'autant plus volontiers qu'à la différence de l'enseignant ils ont l'oeil sur le temps qui passe et l'aiguille de la montre. Ils sauront rappeler à leur professeur qu'il est temps de mettre les chaises sur les tables, c'est à dire de finir le cours et de quitter la salle.

Alors se pose un nouveau problème technique : comment ranger les chaises ? Car n'importe quelle disposition n'est pas acceptable. D'instinct et par facilité, l'élève préfère soulever la chaise et l'installer sur ses pieds (vignette 1). C'est plus rapide, et l'élève n'a pas une seconde à perdre. Mais c'est moins pratique pour la femme de ménage. En effet, la surface d'une table est réduite, les quatre pieds de chaise effleurent le bord. Quand le balai passe entre les tables et inévitablement heurte leurs pieds, ce sont les pieds de la chaise qui réagissent, se cabrent et se cassent la gueule. Le travail d'entretien devient infernal.

La technique, c'est de poser la chaise pattes en l'air, pour qu'elle reste immobile (vignette 2). Il y a une variante de cette position : la chaise agenouillée, prosternée, tête baisant la table (vignette 3). Mais ces deux configurations prennent un certain temps, surtout quand le groupe d'élèves est deux fois moins nombreux que les tables et les chaises. Certaines classes sont rebelles.

La solution sinon idéale du moins préférable est technique, pas humaine. La vérité et la difficulté, c'est que la chaise et la table ne sont pas faites l'une pour l'autre, et sont carrément ridicules l'une sur l'autre. Sauf certain type de chaises, moderne, qui s'encastre dans la table comme la main entre dans son gant (vignette 4). Alors l'élève, d'un geste rapide, range aisément sa chaise sans avoir l'impression de la ranger. De plus, l'opération est beaucoup moins bruyante que les chaises traditionnelles, qui font un boucan d'enfer quand on les monte sur le dos des tables. Mais voilà : les modernes sont beaucoup moins nombreuses que les anciennes. En attendant que celles-ci ne soient entièrement remplacées par celles-là, les chaises seront condamnées à grimper sur les tables, pattes en l'air, avec l'aide des élèves, sous l'autorité du professeur.

mercredi 7 décembre 2011

L'alpiniste et le galérien.



Il y a des moments comme ça, plutôt rares, où je me sens, lors d'une animation philosophique, alpiniste gravissant une paroi sans fin ou galérien ramant au milieu de l'océan. C'était le cas au collège de Crécy-sur-Serre, avec quatre classes successives d'élèves de Troisième, genre ados en crise, muets comme des carpes ou bien gloussant comme des poules. Pourtant, le sujet (en vignette) était supposé les accrocher. L'an dernier, ça s'était mieux passé.

Je ne dis pas non plus que ça s'est mal passé, mais j'ai eu du mal à les faire parler. Le langage, quel problème ! Et je suis persuadé qu'ils avaient des choses à dire. Un moment fort cependant, où je suis resté scotché à ma paroi et immobile au milieu de l'océan : quand une fille a avoué être "lesbienne" (c'est le mot qu'elle a employé)et toutes les difficultés que ça pouvait entraîner. Les ados sont comme ça : soit ils se taisent, soit ils lâchent tout et ce sont les adultes qui en sont presque gênés.

mardi 6 décembre 2011

dimanche 4 décembre 2011

Lettre à Ménécée.



La Lettre à Ménécée d'Epicure est le texte de philosophie le plus court, le plus abordable et le plus étudié en Terminale. A tel point que je m'étonne d'en avoir fait une conférence à Cambrai que mercredi dernier (son plan en vignette), après plusieurs années d'atelier philo à l'Université du Temps Libre.

La peur de l'Etat.



C'était jeudi matin, avec ma collègue et ancienne élève Nathalie, l'introduction au débat dans le cadre de l'accompagnement personnalisé. Jeudi prochain, dernier thème de la période : la culture.

samedi 3 décembre 2011

Le regard de l'autre.






Vignette 1 : cet après-midi, à la bibliothèque Guy-de-Maupassant à Saint-Quentin, café philo dans le cadre du Téléthon sur le thème "Faut-il tenir compte du regard d'autrui ?"

Vignette 2 : l'introduction.

Vignette 3 : bibliographie et filmographie.

Vignette 4 : la table des ouvrages et des dvd.

vendredi 2 décembre 2011

jeudi 1 décembre 2011

Rue de la Laïcité.




Avez-vous remarqué qu'il n'existe pas de rues de la Laïcité, alors que les noms les plus invraisemblables leur sont donnés ? Dans une République qui se veut laïque, c'est curieux ... Ce sera l'un des points du débat du 8 décembre prochain à Vervins.